choquer


choquer

choquer [ ʃɔke ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1230; néerl. schokken, ou angl. to shock « heurter », onomat.
1Vx Donner un choc plus ou moins violent à. heurter. Choquer une chose contre une autre. Spécialt Choquer les verres. trinquer. Pronom. Armées qui se choquent ( choc) . « Les bateaux se choquaient et les mariniers échangeaient des injures » (Gautier).
2(1640) Contrarier ou gêner en heurtant les goûts ( déplaire, offenser, rebuter); spécialt en agissant contre les bienséances ( effaroucher, heurter, scandaliser). Un comportement qui choque les bien-pensants ( choquant) . Ses propos m'ont choqué. Elle a été choquée par son attitude, de son indifférence, (de ce) qu'il ne l'ait pas remerciée. Ça ne me choque pas. Pronom. (pass.) Elle se choque facilement.
Par ext. Agir, aller contre; être opposé à. contrarier. Choquer la bienséance, le bon sens, la raison.
3Faire une impression désagréable (sur un sens). écorcher. Couleur criarde qui choque la vue. Bruits, sons, musiques qui choquent l'oreille.
4ÊTRE CHOQUÉ (par) : subir un choc, un traumatisme. Être gravement choqué dans un accident. commotionner. Il a été choqué par cette agression (cf. Être sous le choc). ébranlé, traumatisé.
5Mar. Diminuer la raideur de (un cordage tendu). Choquer une écoute, la laisser filer.
⊗ CONTR. Charmer, flatter, plaire, séduire. Border.

choquer verbe transitif (peut-être origine germanique) Heurter quelque chose avec plus ou moins de violence : Choquer un meuble. Aller à l'encontre des principes moraux de quelqu'un, d'un groupe : Film qui risque de choquer un certain public. Déranger les habitudes de quelqu'un, ne pas correspondre à ses goûts en matière esthétique, musicale, etc. : Ses fautes d'orthographe me choquent. Faire subir un traumatisme, un choc émotionnel à quelqu'un, traumatiser ; commotionner : L'opération l'avait choqué. Donner du mou à un cordage, en le tenant à retour sur un point fixe. ● choquer (citations) verbe transitif (peut-être origine germanique) Henry Bataille Nîmes 1872-Malmaison 1922 C'est toujours par ce qu'elle contient de vérité qu'une œuvre nouvelle choque ses contemporains. La Marche nuptiale Fasquellechoquer (difficultés) verbe transitif (peut-être origine germanique) Construction Au passif, être choqué se construit avec que (+ subjonctif), ou de ce que (+ subjonctif ou indicatif) : je suis choqué qu'il nous fasse dire cela par un tiers ; je suis choqué de ce qu'il nous fasse dire cela par un tiers. Recommandation Employer de préférence la première construction, qui est moins lourde. ● choquer (expressions) verbe transitif (peut-être origine germanique) Familier et vieux. Choquer les verres, trinquer. ● choquer (synonymes) verbe transitif (peut-être origine germanique) Heurter quelque chose avec plus ou moins de violence
Synonymes :
Aller à l'encontre des principes moraux de quelqu'un, d'un groupe
Synonymes :
- déplaire
Contraires :
- séduire
Déranger les habitudes de quelqu'un, ne pas correspondre à ses...
Synonymes :
Faire subir un traumatisme, un choc émotionnel à quelqu'un, traumatiser ;...
Synonymes :
- ébranler

choquer
v. tr.
rI./r
d1./d Donner un choc à, heurter. Choquer les verres: trinquer.
|| v. Pron. Verres qui se choquent.
d2./d Heurter moralement. Votre conduite l'a beaucoup choqué.
|| v. Pron. Elle se choque pour bien peu.
d3./d être en opposition avec. Cela choque le bon sens.
d4./d Produire une impression désagréable sur. Un hiatus qui choque l'oreille.
d5./d Fig. Donner un choc émotionnel à. Ce deuil l'a beaucoup choqué.
rII./r MAR Choquer une amarre, une écoute, lui donner du mou.

⇒CHOQUER, verbe trans.
A.— Concr. [Le compl. d'obj. désigne une chose]
1. [Le suj. désigne une pers., un animal, une chose] Donner un choc, heurter violemment. Choquer des cailloux; le taureau choque la muraille de ses cornes; les sabots choquent le pavé. Synon. buter, cogner, frapper. Le troisième [homme] choquait, de temps à autre, ses cymbales avec une violence extraordinaire (BAUDELAIRE, Petits poèmes en prose, Les Vocations, 1867, p. 160). Parfois l'un [un hanneton] d'eux choquait le zinc des gouttières avec un bruit mat (MOSELLY, Terres lorraines, 1907, p. 98).
Rare. Synon. de frapper. Les barbares (...) choquaient leurs paumes en mesure (ADAM, L'Enfant d'Austerlitz, 1902, p. 140). Synon. de heurter. Sa tête [d'Omer] choqua la terre (ADAM, L'Enfant d'Austerlitz, 1902 p. 251).
Rare, intrans. Synon. de se choquer. Ses dents [d'Albertus] Choquaient à se briser (T. GAUTIER, Premières poésies, Albertus, 1830-45, p. 178). Je m'en allais cogner partout (...) J'allais choquer dans l'armoire (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 391).
Emploi pronom. [Le suj. désigne des choses et plus rarement certaines parties du corps humain] Les épées, les poulies se choquent; les dents se choquent; les pieds d'une danseuse se choquent en l'air. Ses chaînes [du prince] se choquent avec un fracas horrible (Mme COTTIN, Mathilde, t. 2, 1805, p. 300). Les prunelles étaient entièrement retournées vers le front, les genoux de l'enfant trop gros se choquaient (DRUON, Les Grandes familles, 1948, p. 85).
Rare. Synon. de se frapper. Ses deux mains se choquèrent avec bruit (O. FEUILLET, Monsieur de Camors, 1867, p. 338). Synon. de se heurter. Deux hirondelles se sont choquées dans l'air (RENARD, Journal, 1899, p. 546).
P. métaph. ou au fig. Les passions se choquent et sont en présence (MAINE DE BIRAN, Journal, t. 1, 1816, p. 101). Se choquer contre... Elles [les femmes] se choquent contre la règle, comme un oiseau contre ses barreaux (TAINE, Notes sur Paris, Vie et opinions de M. F.-T. Graindorge, 1867, p. 63). Mes raisonnements se choqueront quelquefois contre les grelots de la folie (LAUTRÉAMONT, Les Chants de Maldoror, 1869, p. 253).
2. P. ext., fam. Choquer les verres. Trinquer. Sylvaine et Simon choquèrent leurs verres si fort que celui de Simon éclata dans ses doigts (DRUON, Les Grandes familles, 1948, p. 75).
Absol. On choque, on boit, et c'est, parbleu! la meilleure goutte que j'aie lampée de ma vie (VERLAINE, Œuvres posthumes, t. 1, Souvenirs, 1896, p. 249).
Pronom. Les verres recommencèrent à se choquer au poing des hommes (PESQUIDOUX, Le Livre de raison, 1925, p. 77).
3. P. anal., vx, pronom. Se heurter et se combattre violemment. Le spectacle des deux armées qui s'avancent en bon ordre, prêtes à se choquer (DUPUIS, Abr. de l'orig. de tous les cultes, 1796, p. 201).
4. Spéc., MAR. ,,Diminuer la raideur d'un cordage tendu en le filant un peu sur le guindeau, le treuil ou la bitte où il est tourné.`` (GRUSS 1952). Choquer une écoute, ,,la filer par à-coups`` (GRUSS 1952).
Absolument :
1. ..., le coup d'étrave du Max mettait en pleine lumière la possibilité, pour un cuirassé solidement construit, de choquer à toute vitesse, ...
A. LEDIEU, E. CADIAT, Le Nouv. matériel naval, t. 2, 1899, p. 501.
B.— Au fig. [Le compl. d'obj. désigne des pers. ou des notions abstr. se rapportant à l'être humain]
1. Aller contre, agir de façon plus ou moins agressive contre une notion établie, un principe. Choquer les bienséances, les convenances, les bonnes mœurs, les principes, la raison. Il [le mari d'Anne-Marie] donnait sa parole de changer, de ne plus rien faire qui choquât la droiture (POURRAT, Gaspard des Montagnes, La Tour du Levant, 1931, p. 62). Je vais choquer un grand nombre d'idées reçues, en admettant toutefois que mes lecteurs me comprennent (J. BOUSQUET, Traduit du silence, 1935-36, p. 151).
Absolument :
2. Je ne dissimulerai pas que le plaisir de rompre avec la coutume, l'intention parfois de choquer, n'étaient pas absents de toutes les âmes.
VALÉRY, Variété IV, 1938, p. 14.
2. [Avec l'idée de blesser moralement, de déplaire ou de scandaliser] Offenser en heurtant les idées, les habitudes :
3. Ses vêtements [du journaliste] et son attitude détonnaient dans ce milieu. Il s'en rendait compte, et redoublait de vulgarité; les coudes sur la table, le chapeau sur la tête, la voix crapuleuse, il semblait prendre plaisir à choquer ses voisins.
ARLAND, L'Ordre, 1929, p. 393.
4. Je me hasarderais à une proposition qu'il vaut mieux que je retienne en moi-même, afin de ne pas choquer ta susceptibilité.
A. ARNOUX, Rêverie d'un policier amateur, 1945, p. 66.
SYNT. Ça me choque (fam.); sa vulgarité me choque; ses paroles blessantes me choquent; choquer ma modestie, ma vanité, mon imagination, mes habitudes.
Rem. On rencontre chez Barrès la constr. Vous êtes choqués à me lire (L'Ennemi des Lois, 1893, p. 21). Elle ,,n'est pas synon. de choqués de me lire. À me lire n'est pas le compl. d'objet de : Vous êtes choqués, mais plutôt une sorte de temporelle ou de causale : Tandis que vous me lisez ou parce que vous me lisez, vous êtes choqués`` (DUPRÉ 1972).
♦ Étonner, surprendre désagréablement. Ce nom choque ici comme un bibelot de camelote dans une collection sans tare (COLETTE, Claudine s'en va, 1903, p. 48) :
5. Je ne vois vraiment rien là qui puisse choquer la Sorbonne.
PÉGUY, L'Argent, 1913, p. 1184.
Absol. Tout choque en effet dans ce récit romanesque (DUPUIS, Abr. de l'orig. de tous les cultes, 1796, p. 310).
Pronom. Notre vanité aura beau se choquer des souvenirs (CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 4, 1848, p. 16) :
6. À ce moment, sur la dernière note de la figure, la môme a pivoté dos au public et, d'une envolée, rejetant ses jupes par-dessus sa tête, remonte ainsi vers le fond, au grand scandale de toute l'assistance.
TOUS. — Oh! Les dames surtout se choquent.
FEYDEAU, La Dame de chez Maxim's, 1914, II, 8, p. 50.
3. Frapper désagréablement, produire une impression désagréable. Cette couleur choque la vue; sa voix criarde choque l'oreille :
7. ... les papillons y étaient [dans l'Arche de Noé] plus grands que les éléphants, ce qui, à la longue, choquait mon sens des proportions; ...
A. FRANCE, Le Petit Pierre, 1918, p. 64.
8. Quand on fait le procès du machinisme, on néglige le grief essentiel. On l'accuse d'abord de réduire l'ouvrier à l'état de machine, ensuite d'aboutir à une uniformité de production qui choque le sens artistique.
BERGSON, Les Deux sources de la mor. et de la relig., 1932, p. 327.
Absol. Le luisant de la peinture achève de choquer et donne une maigreur insupportable à tout cela (E. DELACROIX, Journal, 1852, p. 161).
Pronom., rare :
9. La littérature peut et doit descendre au peuple, au laid jusqu'à l'horrible. La peinture doit plutôt aller au beau, à l'élégant, au joli. L'une s'adresse aux yeux qui se choquent, l'autre au cœur qui s'émeut.
E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1864, p. 39.
C.— Domaine de la vie psychique, rare. [Uniquement au passif et employé plus fréq. comme part. passé pris comme adj. (en parlant de l'organisme humain et du système nerveux)] Faire subir un ébranlement grave :
10. Je vous ai dit de quel coup cette disparition m'avait choqué le crâne!
G. LEROUX, Le Mystère de la chambre jaune, 1907, p. 93.
11. Le lendemain, il eut un nouvel étourdissement. Assis sur la chaise, comme l'autre fois, il regarda de tous côtés, avec un air traqué, la bouche entrouverte, comme ces soldats qui, choqués par une explosion d'obus, vous disaient ensuite : « Prends-moi la main. »
MONTHERLANT, Les Célibataires, 1934, p. 897.
Prononc. et Orth. :[], (je) choque []. Ds Ac. 1694-1932. FÉR. Crit. t. 1 1787 rappelle la vieille orth. chocquer. Étymol. et Hist. A. 1. 1re moitié XIIIe s. intrans. pic. chuquier « se heurter (dans le combat) » (Durmart le Gallois, éd. J. Gildea, 4689); 2. XIIIe s. id. pic. çuker « frapper » (Chansons et dits artésiens, XIX, 70 ds T.-L.); 3. 1694 choquer le verre à table (Ac.). B. av. 1621 fig. « aller à l'encontre, offenser, blesser » (MONTCHRESTIEN, Les Lacènes, p. 180 ds IGLF : choquer les regles de nature); 1631 choquer l'innocence (ROTROU, Hypocondriaque, I, 1, p. 9, ibid.). Orig. obsc., peut-être germanique (Th. Braune ds Z. rom. Philol. t. 19, p. 356); un empr. au m. néerl., m. b. all. schocken « heurter, donner un coup » (VALKHOFF, p. 89; FEW t. 17, p. 50a; EWFS2) — le néerl. étant attesté en 1494 par son dér. shockelen d'apr. FEW — fait difficulté du point de vue chronol.; l'attribution de l'alternance [ü] [o] de l'a. fr. à celle du m. h. all. dial. schucken/m. h. all. schocken (FEW) fait difficulté du point de vue géogr. les formes en [ü] étant presque exclusivement pic.; d'autre part, il paraît difficile de partir pour le verbe choquer du subst. a. h. all. scoc « choc » (BL.-W.5) qui fait, de plus, difficulté du point de vue géogr., l'aire du mot fr. étant à l'orig. essentiellement pic. et wallonne. Fréq. abs. littér. :892. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 1 450, b) 1 008; XXe s. : a) 1 236, b) 1 272.
DÉR. 1. Choquable, adj. Qui se choque facilement. Je ne suis pas beaucoup choquable, et cependant je me trouvai choqué d'être si mal reçu (G. SAND, Les Maîtres sonneurs, 1853, p. 223). Je vous assure, disait Odette, je suis au fond une petite bourgeoise très choquable, pleine de préjugés, vivant dans son trou, surtout très ignorante (PROUST, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, 1918, p. 604). []. 1re attest. 1853 (G. SAND, loc. cit.); de choquer, suff. -able. Fréq. abs. littér. : 1. 2. Choquement, subst. masc. Action de choquer, résultat de cette action. Le choquement aigu des crotales passées aux doigts de la danseuse (DU CAMP, Le Nil, 1854, p. 117). Les chaînes dans l'étable où l'ombre était ouverte avaient un bruit tremblé de choquement de verres (JAMMES, De l'angélus de l'aube à l'angélus du soir, 1898, p. 16). Il rit comme le choquement d'une coupe de champagne (JAMMES, Correspondance avec A. Gide, 1893-1938, p. 203). Seule transcr. ds LITTRÉ : cho-ke-man (e = ). 1res attest. 1556 « choc des armées » (NOGUIER, Hist. tolos., p. 32 ds GDF. Compl.); 1605 choquement des atomes (LE LOYER, Hist. des Spectres, I, 3 ds HUG.), ces 2 sens seulement aux XVIe-déb. XVIIe s.; 1854 (DU CAMP, loc. cit.); de choquer, suff. -ment1. Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. — SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], p. 131.

choquer [ʃɔke] v. tr.
ÉTYM. Déb. XIIIe; néerl. schokken, ou angl. to chock « heurter », onomatopée.
1 Vx. Donner un choc plus ou moins violent à, contre (qqn, qqch.). Heurter; choc, secousse. || Choquer un passant, un meuble. || Le navire choque le quai. || Le taureau choque la muraille de ses cornes. Buter, frapper.
Pron. || Se choquer.
1 Parfois, malgré les précautions, les bateaux se choquaient et les mariniers échangeaient des injures ou se frappaient de leurs rames.
Th. Gautier, le Roman de la momie, p. 67.
Pron. Spécialt (vieilli). Se dit de la rencontre et du combat de deux armées. || Quand les deux armées vinrent à se choquer (Académie). Choc.Vx. || S'aller choquer : aller se choquer.
2 Des armées qui se vont choquer.
Racine, Traductions.
Mod. || Les épées se choquent, se heurtent. Entrechoquer (s').
(Sujet n. de personne). Faire se heurter (des choses). || Choquer des barres de fer, des cymbales. || Choquer une chose contre une autre. Spécialt. Mod. || Choquer les verres. Boire (cit. 20), trinquer, toaster.
2.1 Elle remplit sa tasse, la choqua contre celle de Phémie.
Bernanos, Un crime, in Œ. roman., Pl., p. 728.
Absolt et vx. || Voulez-vous choquer ? || Choquons. Trinquer.
3 Les vieux choquaient l'épée, enfants, choquons les verres.
2 (1640). Contrarier ou gêner (qqn) dans ses goûts, sa susceptibilité, etc. ( Atteindre, déplaire, rebuter, révolter) et, spécialt, en agissant contre les bienséances ( Blesser, effaroucher, heurter, offenser, offusquer, scandaliser). || Vous l'avez choqué par vos propos déplacés. || Il a dit cela pour me choquer. || Cette façon d'agir me choque. || Ce qui me choque en lui, c'est son air d'être revenu de tout. || Sa vulgarité me choque. || Le comportement de cet acteur a choqué l'opinion. Indigner, soulever.Ça me choque.(Passif et p. p.). || Être choqué par qqch. || Elle est facilement choquée. Choquable.
4 Il y a une sorte de politesse qui est nécessaire dans le commerce des honnêtes gens : elle leur fait entendre raillerie, et elle les empêche d'être choqués et de choquer les autres par de certaines façons de parler trop sèches et trop dures, qui échappent souvent sans y penser, quand on soutient son opinion avec chaleur.
La Rochefoucauld, Maximes, De la société.
5 Le voyageur anglais Burney (…) est choqué, à chaque pas (en Allemagne) par la grossièreté des exécutions musicales (…)
R. Rolland, Voyage musical au pays du passé, p. 208.
(Compl. nom abstrait). Agir, aller contre, être opposé à qqch. Contrarier. || Choquer la bienséance, le bon sens, la raison. || Choquer l'honneur, la vérité. || Choquer l'amour-propre, la susceptibilité, la vanité de quelqu'un.
6 Si on soumet tout à la raison, notre religion n'aura rien de mystérieux et de surnaturel; si on choque les principes de la raison, notre religion sera absurde et ridicule.
Pascal, Pensées, IV, 273.
7 Avec ces Français, il n'est pas permis de dire la vérité quand elle choque leur vanité.
Stendhal, la Chartreuse de Parme, II, p. 72.
8 Il suffirait qu'une pensée fût extraordinaire, qu'elle choquât le sens commun, pour que je m'en fisse aussitôt le champion, au risque d'avancer les sentiments les plus blâmables.
A. de Musset, la Confession d'un enfant du siècle, II, IV, p. 111-112.
9 Nulle crainte de choquer la sensibilité physique : il (Rubens) va jusqu'au bout de l'horrible, à travers les tortures de la chair suppliciée et tous les soubresauts de l'agonie hurlante. Nulle crainte de choquer la délicatesse morale; il fera de sa Minerve une mégère qui sait se battre, de sa Judith une bouchère accoutumée à saigner, de son Pâris, un goguenard expert et un amateur friand.
Taine, Philosophie de l'art, t. II, III, II, p. 53.
10 Le cynisme triste des êtres qui l'entouraient choquait son puritanisme ancestral (de Quesnay).
A. Maurois, Bernard Quesnay, VII, p. 49.
3 Faire une impression désagréable sur (un sens, l'organe d'un sens). Frapper. || Cette couleur criarde choque la vue. || Bruits, sons, musiques qui choquent l'oreille. Écorcher. || Ces propos choquent les oreilles chastes. || Le mot me choque. Sonner (mal).
11 Une robe toujours m'avait choqué la vue !
Racine, les Plaideurs, II, 6.
Absolt. || Sa voix criarde choque. || Ce spectacle choque.
Étonner, surprendre désagréablement. || Le baroque, l'étrange choquent souvent.
4 (Adapt. de l'angl. to shock; surtout passif et p. p.). Faire subir un choc, un traumatisme à (qqn). || Il a été choqué par son échec.
12 Dîner et réception au Min(istère) des A(ffaires) Étr(angères). Abondance de gens vieux, malades, choqués et branlants.
Claudel, Journal, 27 août 1928.
5 Mar. Diminuer la raideur d'un cordage tendu. || Choquer une écoute, la laisser filer, lui donner du mou.Par ext. || Choquer une voile.Absolt :
13 Si le bateau lofe, Françoise choquera vite l'artimon. S'il abat, Françoise bordera à mort et choquera immédiatement après l'embardée.
Bernard Moitessier, Cap Horn à la voile, p. 166.
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
——————
se choquer v. pron.
1 → ci-dessus, 1.
2 (Au sens 2). || Il, elle se choque facilement.
CONTR. Charmer, complaire, concilier, engager, flatter, plaire, séduire.
DÉR. Choc, choquable, choquant.
COMP. Entrechoquer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • choquer — CHOQUER. v. a. Donner un choe, heurter. Si ce grand vaisseau vient à choquer cette barque, il la brisera. Choquer le verre à table l un contre l autre, ou absolument, Choquer.Choquer, se dit aussi en parlant De la rencontre et du combat de deux… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • choquer — Choquer. v. act. Donner un choc, heurter. Si ce grand vaisseau vient à choquer cette barque, il la brisera. quand les deux armées vinrent à se choquer. choquer le verre à table. Il signifie fig. Offenser. Il fait cela pour me choquer. je ne… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • choquer — (cho ké) v. a. 1°   Donner un choc contre. •   Il ne voit point d écueil qu il ne l aille choquer, BOILEAU Sat. VIII. •   L oiseau de Jupiter.... Choque de l aile l escarbot, LA FONT. Fabl. II, 8. •   Ayant choqué celui qu ils virent les armes à… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CHOQUER — v. a. Donner un choc, heurter. Si ce navire vient à choquer cette barque, il la brisera. Choquer les verres à table l un contre l autre, ou simplement, Choquer le verre.   Il s emploie quelquefois avec le pronom personnel. Deux corps qui se… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CHOQUER — v. tr. Donner un choc, heurter. Si ce navire vient à choquer cette barque, il la brisera. Choquer les verres à table l’un contre l’autre, ou simplement Choquer les verres. Deux corps qui se choquent. Il se dit, dans un sens particulier, de la… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Choquer — Sur les autres projets Wikimedia : « Choquer », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) « Choquer » est un terme du vocabulaire maritime qui signifie détendre, donner du mou (à une manœuvre courante, comme une… …   Wikipédia en Français

  • choquer — I. Choquer, Collidere, Coire, Congredi, Concurrere. Venir à choquer de grand randon et de toute sa force, Perferre impetum in aliquem, et irruere in eum. II. Choquer, voyez Choc …   Thresor de la langue françoyse

  • choquer — (v. 1) Présent : choque, choques, choque, choquons, choquez, choquent ; Futur : choquerai, choqueras, choquera, choquerons, choquerez, choqueront ; Passé : choquai, choquas, choqua, choquâmes, choquâtes, choquèrent ; Imparfait : choquais,… …   French Morphology and Phonetics

  • choquer — vt. , offenser, blesser, offusquer, scandaliser, froisser, heurter (qq. moralement), vexer : CHOKÂ (Albanais.001, Annecy, Peisey) ; fére biskâ (001). A1) commotionner, (une personne) : brin nâ, snâ <sonner> (001). A2) heurter, donner un… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Choquer les verres — ● Choquer les verres trinquer …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.